Les belles perspectives du carton pour emballage liquide

La récente étude Pira "The Future of liquid paperboard to 2022" montre que la production de carton pour emballages liquides (LPB) et gobelets pour boissons a passé la barre des 7 M de tonnes en 2015. Soit une progression annuelle de 3 % par an. Avec 7,2 M de tonnes en 2016, ce secteur a représenté pour l'industrie papetière quelque 9,5 Milliards de dollars. 

D'ici 2022, la demande en LPB va s'accélérer nettement avec une moyenne de + 4,5 % par an, portant la valeur de ce segment à 4,69 Milliards de dollars en 2017 et sans doute 5,83 Milliards de dollars en 2022. 

La production de carton pour l'emballage liquide est très concentrée et les trois quarts de tous les LPB fabriqués sont encore utilisés en Europe et en Amérique, l'Asie ne représentant qu'une modeste part de 17 % du marché en 2016. 

En 2016, plus de 70 % de la consommation de LPB allait à l'industrie laitière, les jus de fruits représentant 20 %. Mais Smithers Pira s'attend à une évolution des marchés avec de nouveaux comportements des utilisateurs qui vont impacter le marché dans les cinq années à venir. 

Stephen Harrod, auteur du rapport, commente : "La consommation de produits laitiers a faibli en Europe de l'Ouest mais s'est rapidement développée en Europe de l'Est. Et il faudra compter avec une consommation croissante dans les marchés émergents."

Et, malgré la concurrence de boissons alternatives comme les prêts-à-boire thé et café ou les boissons énergisantes, notamment pour les jeunes consommateurs, la demande en LPB dans l'industrie laitière doit continuer de progresser. On s'attend à un besoin de 400 000 tonnes en plus entre 2017 et 2022. 

ACOEM : Oneprod Bearing DEFender,

le diagnostic facile

 

Dans un monde complexe en accélération constante, l’environnement est de plus en plus impacté. Le Groupe ACOEM s’engage pour un développement durable et aide les entreprises et les pouvoirs publics à limiter leur impact environnemental. Dans le cadre de son activité maintenance, Oneprod, marque du groupe ACOEM, intervient notamment dans l’industrie papetière.

« La maintenance prévisionnelle est au centre de l’industrie du futur et c’est notre cœur de métier, indique Éric Coquand, responsable commercial France pour la marque Oneprod. Nous travaillons aujourd’hui sur des outils spécifiques à l’industrie 4.0 avec des capteurs communicants, une intelligence embarquée et des solutions smart, conviviales que tout le monde peut utiliser… du sans fil à grande portée et des logiciels qui s’adaptent à tous les outils. L’idée de base est de redonner autonomie et capacité aux industriels pour qu’ils maîtrisent en interne le premier niveau de diagnostic des machines. »

 

Dorénavant, toutes les données récupérées des machines sont traitées par des systèmes très puissants qui feront de la prévision. « Nous n’en sommes qu’au début des cyber-systèmes et des big data. Notre travail est de faire en sorte que les données recueillies soient exploitables et non envoyées sans sélection au big data. L’industrie automobile est très avancée dans ce domaine et enregistre des gains de productivité énormes. Les constructeurs de machines à papier ont un rôle important à jouer en papeterie. Les papetiers ont beaucoup perdu de compétence en matière de maintenance. Notre rôle est de créer de l’intelligence dans la machine, l’info étant diffusée à l’opérateur grâce à une interface simple qui permet au papetier de se réapproprier la maintenance. »

 

Durant le congrès annuel de l’Atip, ACOEM a présenté une innovation, le Oneprod Bearing DEFender. Grâce à la détection précoce d’anomalies sur les machines tournantes, il est désormais possible d’éviter des conséquences plus lourdes en termes de réparation et perte de production. Très simple à mettre en œuvre, le Bearing DEFender est un capteur sans fil intelligent interfacé à un smartphone. Il est accessible à tous niveaux de personnel. Il réalise des contrôles rapides pour un premier niveau de diagnostic sur le défaut de roulement, de balourd ou de lignage, entre autres. Les mesures sont réalisées à l’aide d’un capteur sans fil triaxial. Mesurer les vibrations dans les trois directions simultanément permet aux opérateurs d’obtenir un résultat fiable, indépendamment de la direction de mesure et en toute sécurité grâce à ce capteur sans fil. On se connecte ensuite en wifi par l’intermédiaire d’une application gratuite. Sur son téléphone portable, on peut obtenir un rapport complet sur un seul écran avec la photo de la machine et la position du capteur, les trois états des indicateurs de défaut et la table de valeurs mesurées.

 

Ainsi, le diagnostic automatique de premier niveau peut être réalisé par le personnel de maintenance/production et les experts ne sont sollicités qu’en cas de problèmes avérés sur envoi de rapport par e-mail.

 

Plus d’information : www.oneprod.fr

© 2023 by Kathy Schulders. Proudly created with Wix.com  

  • Grey Twitter Icon