Résultats encourageants pour Antalis

 

Pour les six premiers mois de l'année, le distributeur européen Antalis a réalisé un chiffre d’affaires de 1 205 M d’euros, en recul de 4,1 % (- 2,1 % à taux de change constants) par rapport au 1er semestre 2016. Les acquisitions réalisées fin 2016 y ont contribué à hauteur de 13 millions d’euros. L’impact défavorable des devises est de 25 M d’euros (principalement livre sterling). Les principaux pays européens ont généré un chiffre d’affaires de 611 M d’euros en retrait de 6,5 % (- 1,2 % à taux de change constants), principalement en raison de la dépréciation de la livre sterling. Le chiffre d’affaires du Royaume-Uni et de l’Irlande s’établit à 314 M d’euros (- 10 %), celui de l’Allemagne et de l’Autriche à 158 M d’euros (- 0,3%) et celui de la France à 139 M d’euros (- 4,7 %). Le chiffre d’affaires de la zone reste de l’Europe s’élève à 482  M d’euros, en baisse de 3,5 % (- 3,7 % à taux de change constants). Le chiffre d’affaires de la zone reste du monde s’établit à 113 M d’euros, en augmentation de 8,0 % (- 0,2 % à taux de change constants) du fait de l’impact favorable des devises. Par secteur d’activité, le chiffre d’affaires Papiers s’élève à 848 M d’euros, en retrait de 5,9 % par rapport au 1er semestre 2016. Le chiffre d’affaires de l’Emballage et de la Communication visuelle s’établit respectivement à 246 M d’euros (+ 0,9 %) et 111 M d’euros (+ 0,3 %).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La marge brute de ces deux secteurs d’activité est en croissance de 3,5 % et leurs poids dans la marge brute totale d’Antalis représente 34 % (+ 2 points). L’Ebitda est en progression de 2,1 % à 43 M d’euros. Antalis a bénéficié de l’amélioration de son mix produits et de la réduction des coûts fixes dans le domaine logistique qui ont permis d’absorber l’impact de la baisse des volumes en Papiers. L’impact défavorable des devises sur l’Ebitda est de 1 M d’euros sur la période. Le résultat opérationnel courant s’élève à 34 M d’euros (+ 15,8 %) incluant un gain de 2 M d’euros lié à une modification d’un régime de retraite en Suisse. La marge opérationnelle courante s’établit à 2,9 % (+ 0,5 point). Grâce à une stricte gestion des besoins en fonds de roulement, Antalis a réduit son endettement financier net de 34 M à 269 M d’euros (303 M d’euros au 30 juin 2016). Fin juin, Antalis a initié le refinancement de ses lignes de crédit venant à échéance le 31 décembre 2018 et a lancé un projet d’émission obligataire qu’elle a retiré en juillet en raison des conditions de marché. Hervé Poncin, DG d'Antalis, lors d'un entretien avec Boursier.com, a expliqué qu'une importante échéance se situait fin 2018 et que le groupe travaille actuellement à trouver des solutions de refinancement. Selon lui, Antalis peut malgré tout envisager de petites acquisitions pour compléter son dispositif. Et une mare d'Ebitda entre 3,4 % et 3,8 %. 

Cepi invite ses membres à mettre en avant leurs actions pour l’environnement

 

Le projet Roots and beyond (Nos racines et au-delà) met l'accent sur le rôle de leader de l'industrie papetière en contribuant à une société durable et à faible émission de carbone. Il montre comment l'industrie prend ses responsabilités dans la réduction de ses émissions de carbone, et joue un rôle de premier plan dans la fourniture de solutions biologiques pour décarboniser la société en général.

 

Au total, le projet regroupe 14 études de cas innovants de 10 pays de l'Union Européenne, impliquant 12 entreprises représentant un éventail varié de projets. Les projets innovants axés sur l'efficacité énergétique et/ou les énergies renouvelables sont révélateurs des divers moyens que l'industrie du papier a à sa disposition pour réduire les émissions tout en renforçant sa force unique en tant que matière entièrement renouvelable.

 

«Notre industrie a mis en place une vision pour libérer tout le potentiel de la bioéconomie d'ici 2050, générant à la fois la création de valeur et la décarbonatation profonde. Ce projet démontre comment nous mettons les mots en action et ce qu'il faut, sur le terrain, pour transformer la vision en réalité par une intégration industrielle intelligente, une innovation en efficacité énergétique ou une utilisation avancée des énergies renouvelables », a déclaré Sylvain Lhôte, directeur général de Cepi.

 

Dans le cadre de son engagement à réduire les émissions, ce projet sera renouvelé tous les deux ans.

 

© 2023 by Kathy Schulders. Proudly created with Wix.com  

  • Grey Twitter Icon